Manikanetish – Naomi Fontaine

Manikanetish (Petite Marguerite) manikanetishnous immerge dans le quotidien d’une classe de l’école secondaire de la communauté innue d’Uashat mak Maliotenam, tout près de Sept-îles. C’est un texte court et touchant, empreint d’une grande authenticité.

Manikanetish est le premier roman traitant de la réalité autochtone dont je traite sur ce blog. Avant de le commenter plus longuement, je crois nécessaire de préciser d’où vient mon intérêt pour ce thème. Ma blonde est Innue, mais ce n’est pas l’unique raison qui me pousse à lire sur le sujet. Même avant notre rencontre, j’étais curieuse concernant le vécu des communautés. J’ai pris un cours de droit autochtone pour en apprendre plus. À ce moment-là, je n’y connaissais pas grand chose. J’étais pleine de stéréotypes, car on n’apprend rien, à l’école, sur les autochtones d’aujourd’hui. C’est souvent le manque de connaissances qui conduit au jugement de l’autre. Je m’éduque à travers la littérature pour juger moins et comprendre plus. Je cherche à mieux comprendre le monde dans lequel je vis et la culture de ma blonde. Je veux défendre ma blonde et les siens contre les stéréotypes qui continuent d’être véhiculés en expliquant leur réalité. Si vous le voulez bien, revenons au livre.

Pour écrire ce roman, Naomi Fontaine s’inspire de son vécu et des élèves qu’elle a rencontré lorsqu’elle enseignait à Uashat. Dans cette oeuvre, elle a une écriture simple, presque descriptive,  et utilise beaucoup les dialogues.

Yammie, professeure au secondaire, revient sur son territoire natal pour enseigner. Ce retour aux sources ne se fait pas sans un certain questionnement. Est-elle toujours à sa place parmi eux? Peu à peu, elle se découvre comme enseignante tout en tentant d’apprivoiser ses élèves, parfois farouches ou en difficulté.

Les chapitres sont très courts. Yammie y raconte des bribes de la vie de ces jeunes innus sur un ton anecdotique. Elle en sait peu sur ses élèves même si elle tente de se rapprocher d’eux au fil des mois. Chacun d’eux a ses défis à relever pour réussir son année et ces défis ne sont pas qu’académiques. Yammie s’efforce de les aider de son mieux, mais ils font leurs propres choix. Ils découvrent leur personnalité. Ils traversent l’adversité avec la fougue des premières années. Ils ne se posent pas de questions. Ils foncent dans la vie comme un train à toute vitesse. Ils font preuve d’une force, d’une volonté et d’une résilience peu communes. Peu à peu, ils deviennent de jeunes adultes. À un moment, le retour à la terre, au territoire, Nitassinan, le bois. Ils respirent le grand air et chassent la perdrix. Elle est là la vraie vie.

Ce texte m’a touché dans sa simplicité. Les mots coulaient comme une rivière lente, un regard porté sur la vie. J’aurais voulu que cette balade ne finisse jamais. J’aurais aimé en savoir plus sur ces jeunes, sur leur avenir, mais l’année scolaire est déjà finie. L’enseignante ne connaîtra jamais tout de ses élèves, et nous non plus.

Infos

  • Prix : 19,95 $
  • Catégorie : Romans québécois et canadiens
  • Auteur : Naomi Fontaine
  • Titre : Manikanetish
  • Date de parution : 2017
  • Éditeur : MÉMOIRE D’ENCRIER
  • Pages : 150
Publicités

Salon du livre de l’Outaouais 2018

Les salons du livre, c’est le paradis des lecteurs! C’est le meilleur endroit pour découvrir des livres et des auteurs. Depuis 5 ans, mes obligations scolaires m’accaparaient trop pour que je prenne le temps d’y assister. J’étais en manque. Quand ma sœur a accepté de m’accompagner cette année, j’étais emballée.

Si vous êtes comme moi, vous sortez rarement d’un salon du livre avec moins de 5 ou 6 romans. Cette année, je devais économiser pour voyager. Je ne pouvais pas me permettre de dilapider 250-300$ en une journée, même pour des livres. Je devrais me contrôler et faire des choix. Ça s’annonçait ardu. Je devrais user de stratégie et de détermination.

Quand un livre m’intéressait, je le photographiais pour me faire une liste de lecture visuelle. J’ai, quand même, succombé pour 3 romans.

Les livres que j’ai achetés :

le plongeur3    ru    nous

Prochain arrêt : la bibliothèque municipale. Pour me satisfaire complètement, je fûts forcée de louer quelques livres parmi mes trouvailles du salon du livre. Et hop, quelques lectures gratuites en plus!

Les livres que j’ai loués à la bibliothèque:

parapluies    je-ne-suis-pas.jpg    mc3a9moires-dun-homme-inutile-e1520395689774.jpg

Et pour ceux d’entre vous qui se demandent combien de livres je viens d’ajouter à ma liste de lecture, la réponse est 33.

Les livres que j’aimerais lire, éventuellement :

  1. Les sanguines – Elsa Pépin
  2. Éléphant – Martin Suter
  3. L’année la plus longue – Daniel Grenier
  4. Audur ava Olafsdottir (le rouge vif de la rhubarbe) – Rosa Candida
  5. Dans la forêt – Jean Hegland
  6. Les marées – Brigitte Vaillancourt
  7. Blessures – Ying Chen
  8. L’habitude des bêtes – Lise Tremblay
  9. La liberté des savanes – Robert Lalonde
  10. En camping-car – Ivan Jablonka
  11. Souvenirs de la marée basse – Chantal Thomas
  12. Cri de terre – Raymond Guy Leblanc
  13. L’assassin avait toujours faim – Christiane St-Pierre
  14. Je ne sais pas penser ma mort – Marisol Drouin
  15. De bois debout – Jean-François Caron
  16. Le poids de la neige – Christian Guay-Poliquin
  17. Nouveau système – Daniel Leblanc Poirier
  18. Martel en tête – Éric Simard
  19. La mesure du temps – Jean Boisjoli
  20. Nanuktalva – Gilles Dubois
  21. Corbeau vole la lumière – Bill Reid et Robert Bringhusrt
  22. Blanchie – Brigitte Haentjens
  23. Ligne brisée – Katherena Vermette
  24. À l’abri des hommes et des choses – Stéphanie Boulay
  25. Le potager – Marilyne Fortin
  26. Le peintre d’aquarelles – Michel Tremblay
  27. Fuki-no-tô – Aki Shimazaki
  28. Pour quelques milliard et une roupie – Vikas Swarup
  29. Into the wild – Jon Krakauer
  30. La bête à sa mère (et autres) – David Goudreault
  31. Amun – Sous la direction de Michel Jean
  32. Un monde mort comme la lune – Michel Jean
  33. Le vent en parle encore – Michel Jean

Éloge de la lenteur – Carl Honoré

Éloge de la lenteur

Éloge de la lenteur, c’est le livre qui m’a poussée à démarrer ce blog.

Habituellement, je me tiens loin des livres de croissance personnelle et autres livres censés changer notre vie. Celui-là, je l’ai trouvé dans les affaires de mon père décédé et j’ai décidé de lui donner une chance. J’aimais le titre et la couverture me donnait l’impression d’un roman.

Carl Honoré se questionne sur la raison pour laquelle on est toujours en train de courir après le temps. Pourquoi n’accorde-t-on pas plus de temps aux choses qui comptent vraiment pour nous? Cet auteur-journaliste nous présente ses recherches sur le mouvement « Slow ».  Comment ralentir quand tous vivent à 100 miles à l’heure? La vie demande maintenant de nous performions dans toutes les sphères de notre vie : au travail, en famille et même dans nos loisirs. On s’attend de nous à ce qu’on soit des super-humains capables de faire cent choses à la fois. Mais sommes-nous vraiment heureux lorsque nous roulons à toute vitesse pour arriver à temps à la maison pour faire le souper, sautant dans la voiture, dès le repas engouffré, pour aller s’entraîner et brûler le plus de calories possible tout en répondant aux courriels du bureau? J’en doute. L’auteur ne tente pas de nous convaincre de vivre en tortue, mais plutôt de trouver le Tempo Giusto (le rythme juste) pour profiter de chaque chose. Il y aborde différents thèmes tels la nourriture, la musique, le sport, le travail, la santé, la conduite automobile, etc. Il nous fait découvrir des mouvements mondiaux dont on ne soupçonnait même pas l’existence.

Ce livre sonne juste, car il poursuit une réflexion déjà amorcée chez la plupart d’entre nous : Que dois-je faire pour être plus heureux? Mes choix de vie sont-ils les bons? Pourquoi est-ce que j’ai toujours l’impression de manquer de temps?

L’auteur nous raconte ses rencontres, ses prises de conscience et ses expériences du mode de vie Slow. Bien qu’écrit sur un ton plutôt journalistique, comme on pouvait s’y attendre de cet auteur, cela ne se lit pas comme un très long article. Au contraire, on se reconnaît dans cet homme qui cherche des solutions à sa vie accélérée. Pourquoi ne pas ralentir, nous aussi, après tout ? Pour vraiment profiter de cette réflexion, il faut lire ce livre en sirotant un grand bol de café au lait et ne surtout pas succomber à l’envie de lire trop rapidement.

Infos

  • Prix : 10,95$
  • Catégorie : Croissance personnelle
  • Auteur : Carl Honoré
  • Titre : Éloge de la lenteur
  • Date de parution : 2007
  • Éditeur : Marabout